logo
print
KRD PRESENTE L'EXPOSITION 'MON HOM' DE NATHALIE MIQUEL
Nathalie Miquel est née à Paris en 1959. C'est à l'école Met de Penninghen puis à l'Union Centrale des Arts Décoratifs dont elle est diplômée qu'elle découvre le travail du nu, matière qui s'impose alors à elle comme une évidence qu'elle n'a jamais cessé de chérir.

Elle vit entre Barcelone et l'Aveyron, sur le plateau de l'Aubrac, fief familial où elle puise en partie son énergie créatrice.
Depuis 2004, elle se consacre à sa passion pour l'expression du corps humain par la forme et la matière. Son travail sensible et instinctif, en quête d'essentiel, est vite reconnu. Sa première exposition en 2008 à Barcelone est accueillie avec enthousiasme.

Dans son approche sculpturale, comme dans ses dessins et peintures, on retrouve chez Nathalie Miquel, une quête de simplicité.
« Je suis habitée par un corps, je m'en nourris, puis le recrache.». « Produire une œuvre a quelque chose de vital, comme l'expression d'un sentiment, d'une émotion face à un corps qui nous bouleverse et que l'on dessine pour le saisir, pour se l'approprier. Il est donc essentiel de le restituer, pour exister soi-même.»

Épurer, toujours plus, pour trouver le juste signe, accessible, universel. Saisir le volume et, par le trait, n'en garder que la sève, le mouvement symbolique qui par lui seul exprime toute la magie d'un bonheur éphémère:
« Au-delà des proportions harmonieuses j'aime révéler la force d'un mouvement, la grâce d'une attitude et toute la sensualité d'un corps Je dois travailler vite dans la concentration pour capter et rendre avec force ce que me renvoie le modèle.»

La sculpture vient s'inscrire naturellement dans le prolongement de son travail pictural qu'elle qualifie de "gammes". C'est cette lente digestion qui nous restitue des corps humains suggérés dans toute la force d'un
mouvement ou d'une attitude. Les bronzes aux patines minérales, entre bleu et gris, ont la force de la pierre et la grâce de l'argile. Un jeu de jambes, un buste, une hanche qui se dessinent.

Il y a ces courbes qui s'imposent à nous, et les contre-courbes qui nous appellent vers un autre regard, celui qui nous invite à bouger, à tourner autour d'une pièce, pour en comprendre le sens.
www.nathaliemiquelaubert.com